Page 6300 Généalogie et Histoire de la Caraïbe numéro 236 Mai 2010



Download 19.53 Kb.
Date conversion13.05.2016
Size19.53 Kb.

Page 6300 Généalogie et Histoire de la Caraïbe numéro 236 Mai 2010


Famille GUILLON (Paris, Saint Domingue, Nantes)


1 Jean Marie GUILLON

docteur ès lettres, inspecteur de l’université impériale à l’académie de Liège, département de l’Ourthe ; plus tard, recteur de l’académie d’Amiens puis de l’université de Poitiers ; de 1794 à 1802, il séjourne à New York ainsi que, en 1796 puis en 1799-1800, à Saint Marc (Saint Domingue) sur l’habitation appartenant à son grand-père et parrain Daniel Jean Guillon.

o et b 23/09/1772 ; écuyer Daniel Jean Guillon, conseiller secrétaire du Roi, ayeul ; m dame Jeanne Jaquette Le Forestier, femme d’écuyer Maurice Pronzat de Langlade, secrétaire du Roy, ayeule

« Il a été mis en nourrice à Sucé (près de Nantes, au bord de l’Erdre) par la bourdière (de borderie : petite ferme ou métairie) dans la cour de notre maison de campagne » (dite maison du Pin, qui existe toujours). Extrait du « Petit registre pour nous servir de notte, du temps de notre mariage, de la naissance de nos enfants, et de leur nom » tenu par Marie Guillon pour les six premiers de ses enfants.

x 09/01/1810 Chéméré (44) Jacquette Eulalie Sophie GAZEAU de la BRANDONNIÈRE, fille de Jacques Victor et de dame Marie Étiennette Eulalie de Pronzat (cousine germaine du marié, leurs mères étant sœurs)

o 22/06/1782 La Gaubretière, Vendée (85)

Témoins au mariage : Auguste Jean Marie Guillon, rentier, 25 ans ; René Daniel fils, 26 ans, de Nantes ; pour l’épouse, Antoine et Mathurin Cazal, 26 et 22 ans.

d’où postérité


2 Marie Justine GUILLON

o 03b 04/01/1774 ; p messire Maurice Justin Pronzat, docteur en théologie, recteur de Rouans, oncle maternel ; m dame Jeanne Marie Morvan, femme d’écuyer Daniel Jean Guillon, secrétaire du Roi, ayeule

« Elle est à nourrir […] dans la paroisse de Saint Sébastien (à l’est de Nantes) ; village du Dovoir ? chez la Juttaud, bourdière. Je l’ai mise à sevrer à 15 mois et demi chez la Aguiesse, jardinière, sur le pied de 12 livres par moy ».

+ 07/12/1799 Kingston, Jamaïque

x 24 thermidor an 3 (11/08/1795) Nantes, 14e et 15e sections, Antoine Jean Marie BOUBÉE

Témoins au mariage : Florimond Benjamin Mac Curtain, fournisseur des guerres, 30 ans ; Jean Baptiste La Cour dit La Bigne, adjudant général de la garde nationale de Nantes, 54 ans, ayeul maternel par alliance de la future ; Claude François Martin le Masne, négociant, 50 ans et dame Marie Gabrielle Chambon veuve Gasnier, colon planteur de Saint Domingue, 36 ans.

Au bas du contrat, en date du 8 août, figure notamment la signature de « veuve Broudou », la mère de Louise Eléonore Broudou qui, née à Nantes, épousa à Paris, le 01/08/1785, le navigateur Jean François de Galaup de la Pérouse.

d’où postérité BOUBÉE qui suit (Cinquième génération)
3 Louis Jean GUILLON

o 16 b 17/03/1775 ; p noble et discret messire Louis Guillon, prêtre, demeurant à Saint Germain en Laye, représenté par écuyer Daniel Jean Guillon, secrétaire du Roi, négociant, ayeul ; m demoiselle Jeanne Jacquette Félicité Pronzat, tante.

« Il est à nourrir chez la Maillar, bourdière de la Pommeray, au village Carcoit (Carcouet ?), paroisse de Saint Similien (faubourg de Nantes). A 7 moy il a été trompé, je l’ai remis en seconde nourrice à la Bernier, bourdière de Mr de Cornibert, paroisse de Saint Erblin (Herblain, à l’ouest de Nantes) le 29 octobre, où il n’a resté que trois moy ayant été malade […] mis chez la Aguiesse chez qui il est mort après 15 jours […] »

+ 08/02/1776


4 Louis Étienne GUILLON

o 03 b 04/07/1776 ; p P. Louis Mathieu Goudon, seigneur de Buzenval etc. demeurant à Paris, cousin paternel au 3e degré, représenté par Jacques Tauzin, capitaine commandant de milices du quartier du Grand Goave, Saint Domingue ; m demoiselle Marie Eulalie Pronzat, tante

« Il est à nourrir chez la Coq, nourice de mon premier et encore notre bourdière ».

+ 08/12/1782


5 Jean Pierre Victoire GUILLON

trésorier payeur général de la Seine et Oise ; arrivé à New York en 1796 ; à Saint Thomas, dans les îles Vierges en 1798 ; en décembre 1800, il est à Saint Marc puis à New York d’où il rentre en France en 1802.

o et b 13/05/1779 ; p Jean Pierre Rousseau, officier de milice, habitant à Saint Domingue, quartier du Grand Goave, oncle utérin, représenté par messire Jean Marie Guillon, frère.

« Il a été nourri à Sucé par la Launeaux bourdière à la métairie ? appartenant à la maison »

+ 1862 Belle Ile en Mer

x 06/11/1810 Paris, Amélie LOBINHES, fille de Jean, docteur en médecine, et de Marie Joseph Hauch

o 23/09/1792 Paris

+ 22/08/1836 Versailles (78)

d’où postérité




Page suivante

Retour au sommaire

Révision 16/05/2010







The database is protected by copyright ©essaydocs.org 2016
send message

    Main page