Burkina Faso Le conseil de gestion (cdg) aux exploitations Bilan et perspectives d’une expérience dans l’Ouest du Burkina Faso Historique



Download 30.12 Kb.
Date conversion29.04.2016
Size30.12 Kb.
Burkina Faso
Le conseil de gestion (CDG) aux exploitations

Bilan et perspectives d’une expérience dans l’Ouest

du Burkina Faso

Historique

 1992 : expérimentation pour l’élaboration d’une méthode en conseil de gestion mise en œuvre dans l’Ouest du Burkina Faso sur l’initiative de trois structures (le projet de développement rural intégré PDRI-HKM, le programme de formation permanente en appui au service national de vulgarisation AFGP/SDR (ex-FTC) et l’institut national de recherche agricole INERA). Dans un contexte où les exploitations sont de plus en plus nombreuses à changer de méthodes de production et à être intégrées fortement dans une économie de marché, les systèmes de vulgarisation sectoriels s’avèrent incapables de répondre aux attentes des producteurs, surtout les plus avancés.

 Recherche-action dans 2 villages en 1992 puis 6 en 1993 

 1996 : AFPG reste seul et limite le programme CDG aux actions de formation et au suivi des groupes CDG 


Objectifs 

 Pour le centre, faciliter la prise de décision pour la résolution des problèmes des exploitants 

 Pour l’exploitant, se former (ouverture d’esprit), acquérir des compétences permettant d’améliorer la gestion de l’exploitation (calcul des dépenses et des recettes, meilleure utilisation du revenu,..), avoir des opportunités pour s’équiper, avoir une promotion individuelle (voyages d’étude, paysan-relais,…), s’affirmer au sein de l’exploitation (être consulté par le chef d’exploitation), s’installer 
Plan d’action

 Collecte de données sur l’ensemble de l’exploitation et analyse de ces dernières

 Formation de conseillers en CDG et de producteurs 
Méthode

 Ouverture d’un centre CDG dans le village si existence d’un nombre suffisant d’alphabétisés ou de scolarisés, de producteurs volontaires appartenant si possible à un GV ou un GPC et d’un agent de vulgarisation intéressé

 A l’ouverture d’un centre :
* Formation d’animateurs (agents de vulgarisation et paysans-relais) par les agents du projet AFGP/SDR sur la maîtrise de la méthode et des outils CDG, la transcription en jula et les techniques d’animation 
* Formation de producteurs (groupes de 10 à 20) par les paysans-relais pendant 5-6 jours pour présenter la méthode et les outils et étudier les premiers tableaux du carnet avec des exercices de remplissages 

 Lors de séances périodiques en groupe (environ toutes les deux semaines sauf lors de périodes d’intense activité agricole) en CDG, animées par l’agent d’encadrement et le paysan-relais, remplissage des tableaux du carnet CDG par le producteur pour collecter des données sociales, techniques et économiques de l’exploitation (personnes, équipements, parcelles, cultures, assolement, intrants consommés, pratiques culturales et d’élevage,…), les analyser (rendements, production, résultats économique et social au cours d’une campagne) et réaliser des prévisions pour la campagne suivante pour cela, on part du cas concret d’une exploitation du groupe puis on échange entre participants des résultats de la collecte des données et de leur analyse 

 Réalisation d’actions techniques choisies lors des séances consacrées au remplissage du carnet et à l’analyse des informations apportées par le producteur : fosses fumières, pépinières, fourrage, ouvrages anti-érosif,…

 Evaluation et suivi des activités en CDG grâce aux fiches remplies par les agents et les paysans-relais et transmises au projet AFGP/SDR et aux tournées sur le terrain des agents du projet 


Outils 

Ils sont élaborés lors des séances en CDG réunissant des producteurs volontaires, finalisés par des techniciens, des chercheurs et des ingénieurs et testés par des groupes de producteurs  il s’agit du carnet CDG et de son manuel d’utilisation, du guide animateur en CDG et des fiches techniques 


Organisation 

 AFGP pour conception, appui, suivi et évaluation 

 Centres avec agents de vulgarisation et paysans relais pour mise en œuvre 
MOYENS

 Financement FAC des sessions de formation et supervision des activités, par l’intermédiaire d’AFGP/SDR 

 Agents de base des DRA et paysans-relais 

 Local des OPA 

 Fournitures et intrants payés par les producteurs 
IMPACT

 Une vingtaine de villages par an dans les DRA (ex-CRPA) des Hauts-Bassins et de la Boucle du Mouhoun (zone couverte par le projet AFGP/SDR) 

 En 1997, 19 centres ont formé 297 producteurs dans la DRA des Hauts-Bassins 

 92-98 : 40 villages dans 9 provinces de l’Ouest touchés de quelques mois à plusieurs années 

 Exploitations partiellement intégrées à l’économie de marché, en cours de transformation (traction animale, association de l’élevage à l’agriculture, utilisation d’intrants) et confrontées aux problèmes de fluctuation des prix et d’intensification des techniques culturales dans des zones où les sols se dégradent  bien que généralement bien équipées, revenus très variables en fonction des rendements des principales cultures, d’opportunités de commercialisation des productions et du niveau d’équipement très différents d’une exploitation à l’autre 

 Essentiellement des jeunes hommes, mariés avec des enfants en bas âge, avec un niveau d’instruction de base relativement élevé, principaux actifs dans l’exploitation mais rarement chefs d’exploitation 


Résultats

 Pour les producteurs, apprentissage de notions sur le plan technique et économique : normes à respecter par bouche à nourrir dans l’exploitation pour atteindre l’autosuffisance alimentaire, type de rotation pour éviter un appauvrissement des sols, dosage d’engrais et de fumure minérale par spéculation, etc. , meilleure organisation du travail, maîtrise de la consommation de vivres, compréhension des résultats au niveau des productions, comparaison possible sur l’évolution des activités, renforcement des compétences en alphabétisation, effets bénéfiques des actions techniques réalisées : amélioration des rendements, protection des parcelles, limitation du ruissellement, amélioration de l’alimentation du bétail 

 Pour les agents, amélioration du niveau de formation et meilleure connaissance des producteurs

 Pour les structures chargées de la conception de la méthode et du suivi de sa mise en œuvre, développement d’une synergie basée sur des complémentarités et meilleure prise en compte des perceptions des producteurs 


Atouts

 Développement d’échanges entre participants aux séances en CDG 

 Transparence dans la gestion de l’exploitation grâce au recueil d’information 
Limites

 Pas d’appropriation de l’approche par les agriculteurs : certains ont un faible niveau d’alphabétisation, la majorité ne maîtrise pas les notions importantes pour le remplissage du carnet (perception de l’utilité du CDG souvent réduit à la collecte de données) de plus, fatigue des paysans après les travaux champêtres 

 Faible implication des structures nationales de vulgarisation et des OPA : agents de vulgarisation peu impliqués 

Intervention des projets discontinues 


Difficultés rencontrées

 Fortes disparités dans la régularité des activités en CDG : de 20 % à 80 % des séances programmées réalisées 

 Disparition d’un tiers des producteurs formés en cours d’année 

 Carnet rempli que partiellement : si la majorité des producteurs enregistre les informations sur la population de l’exploitation, les moyens de production et les principales opérations effectuées en cours de campagne, une minorité remplit les tableaux permettant une synthèse et une analyse de l’exploitation dans le domaine économique (calcul de la marge brute par spéculation, des comptes de trésorerie de la production animale et de l’exploitation, situation en matière d’autosuffisance alimentaire) 

 Actions techniques réalisées par une minorité d’auditeurs 

 De faible niveau et pas toujours disponibles , les animateurs rencontrent des difficultés dans l’analyse des résultats 

 Rôle des paysans-relais mal défini 

 Insuffisance du suivi-évaluation des structures d’encadrement 

 Manque de matériel et d’équipement 

 Surcharge et réorientation du travail et manque de moyens de l’afgp/SRD 


Perspectives 

 Suivi régulier des agents, des paysans-relais et des groupes CDG renforcé 

 Constitution d’une cellule au sein de l’administration ou de privés (association, ONG, bureau d’étude) disposant d’une forte autonomie et constituée de spécialistes en CDG pour fournir des prestations aux opérateurs de développement, OPA ou producteurs souhaitant développer le conseil en gestion ou en bénéficier.

 Impliquer plus les OPA dans l’identification des groupes, l’organisation et le financement des activités 

 Formations plus spécialisées (groupe CDG par type d’exploitation) et plus personnalisées (contractualisation avec les producteurs performants) 

 Faciliter l’accès des membres du CDG à l’équipement, au crédit et aux intrants 

 Etablir des typologies d’exploitation pour réaliser un conseil mieux ciblé 

 Améliorer les capacités de formation et de conseil des animateurs en CDG 


Personnes ressources

- Alain BONNASSIEUX, Doro BRAHIMA, Zonou BIENVENU – projet AFGP/SDR – BP 577 – Bobo-dioulasso – tél. : (226) 97.11.47



- Sanou SANGOUANSIRA – paysan relais – s/c AFGP/SDR 
Sources

Le conseil de gestion (CDG) aux exploitations, Bilan et perspectives d’une expérience dans l’Ouest du Burkina Faso – Alain BONNASSIEUX, Doro BRAHIMA, Bienvenu ZONOU, juin 1998, 10 pages.


The database is protected by copyright ©essaydocs.org 2016
send message

    Main page